Network.jpg Avec l'avènement des protocoles TCP/IP, chaque machine du réseau ARPANET se voit attribuer une adresse IPV4 (constituée pour simplifier d'une suite de quatre nombres compris chacun entre 0 et 255). La mémorisation et l'utilisation de ces adresses numériques détermina rapidement la mise en place d'un système de traduction de celles-ci en objets plus compréhensibles par un humain.

Précédemment, les ordinateurs du réseau ARPANET s'échangeaient des fichiers appelés HOSTS.TXT servant à diffuser les correspondances entre des adresses IP numériques (exemple: 10.0.0.1) et leurs noms en chaines alpha-numériques (exemple: machine.site.arpa). Cependant, l'explosion du nombre de machines sur le réseau ARPANET fit apparaitre les limitations d'un tel système basé sur la mise à jour permanente de ces listes de correspondances des adresses.