Accéder au contenu principal

1954 - Modulateur-Démodulateur



A leur début, les communications téléphoniques sont basées sur l'échange de signaux analogiques. Durant les années 1920, les services d'actualités des journaux utilisent des équipements de multiplexage de lignes, mais nous ne parlons encore pas à l'époque de modulation-démodulation de signal.

Plus tard, en septembre 1940, Georges Stibitz, chercheur aux Laboratoires Bell, réussi à faire communiquer un téléscripteur de l'université de Darmouth avec un calculateur de nombres complexes situé à New-York. Nous assistons alors à la première "télécommunication" au travers du réseau téléphonique. Il faudra néanmoins attendre la fin des années 1950 pour voir apparaitre les premiers équipements de modulation-démodulation, aussi appelés "modems".


C'est en 1954 que les militaires américains lancent le projet SAGE (Semi-Automatic Ground Environment), un système informatisé de suivi et d'interception des missiles et autres bombes lancées depuis l'URSS. Les besoins d'interconnexion des terminaux informatiques des bases militaires et des centres stratégiques SAGE, situés aux Etats-Unis et au Canada, donneront naissance aux modems. Le projet SAGE utilisait un réseau de communication privé mais les équipements utilisés en bout de ligne assuraient bien un rôle de modulation-démodulation.

Le modem est naît, mais dites-moi à quoi sert-il ? Les signaux analogiques transportés par les réseaux téléphoniques ne pouvaient être transformés jusqu'à lors qu'en signaux sonores ou lumineux. A présent, ils peuvent être transformés en signaux numériques, soit des suites de 0 et de 1, langage maternel des ordinateurs et autres équipements informatiques.

Un modem se compose généralement des composants suivants:

  • un "modulateur" (transformation des informations numériques en signal analogique) 
  • un "démodulateur" (transformation du signal analogique en informations numériques) 
  • un connecteur à la ligne téléphonique 
  • un circuit assurant la numérotation 
  • un circuit de détection d'appel entrant 
  • un circuit de détection de tonalités, permettant de connaitre l'état de la ligne 

Un modem est également caractérisé par:

  • sa norme, spécifiant vitesse de transmission et mode de transmission (half, full, ...) 
  • sa vitesse de transmission, exprimée en kilo bits par seconde (kbit/s ou kbps) 
  • son type de raccordement informatique, interne ou externe 

Crée en 1865, le "Comité Consultatif International Téléphonique et Télégraphique" (CCITT) devient en 1932 l'Union Internationale des Télécommunications (UIT). C'est au sein de cet organisme que le groupe de travail UIT-T traitera toutes les questions techniques et de normalisation relatives aux modems.

Parmi les normes de la série V ((Transmission de données par le réseau téléphonique), nous retrouvons les normes suivantes:

  • V.21 : débit de 300 bps en duplex intégral 
  • V.22bis : débit de 2 400 bps en duplex intégral 
  • V.32 : débit de 9 600 bps en duplex intégral 
  • V.32bis : débit de 14,4 kbps 
  • V.34 : débit de 28,8 kbps 
  • V.90 : débit de 56 kbps (liaison descendante) et 33,6 kbps (liaison montante) 
  • V.92 : débit de 56 kbps (liaison descendante) et 48 kbps (liaison montante) 

L'ITT-T produit aussi les normes de la série X (Réseaux informatiques et systèmes ouverts): X.25, X.400 et X.500.

Posts les plus consultés de ce blog

1997 - Peer-to-peer (P2P)

Dès sa conception à la fin des années 1960, le réseau ARPANET pose les bases d'un réseau d'interconnexion non hiérarchique et non centralisé. En théorie, la communication entre utilisateurs finaux ne dépend d'aucun élément central et d'aucune liaison point-à-point . Il est donc pas définition possible d'échanger des informations avec n'importe quel ordinateur relié au réseau. Les premiers échanges de données, via les protocoles telnet ou ftp notamment illustrent bien cette idée de connexions non centralisées, inutile de se référencer auprès d'un serveur central pour communiquer entre utilisateurs. La réalité est un peu plus contrastée puisque pour beaucoup de protocoles IP, un modèle client-serveur est nécessaire : un serveur héberge les données et des clients s'y connecte pour les lire ou les modifier.

1969 - Arpanet (ARPA Network)

A partir de 1940, le département de la Défense américain crée une agence chargée des projets de recherche en matière de défense militaire. Cette agence nommée DARPA ("Defense Advanced Research Projects Agency") va être à l'origine de la naissance du réseau prédécesseur d'Internet, mais aussi du programme Transit ancêtre du GPS, ainsi que des programmes d'avions furtifs Jusqu'alors, les communications informatiques reposaient sur l'utilisation de circuits dédiés, tout comme les communications téléphoniques. L'agence DARPA lance donc en 1966 un projet de réseau informatique reliant certaines universités américaines. Sans objectif particulier d'un point de vue militaire, ce projet devient le réseau ARPA et en 1969 il relie quatre centres :

1877 - Téléphone

Conçu ses débuts dans le but de transporter la voix et d'assurer la conversation à distance de plusieurs personnes, le téléphone est aujourd'hui devenu plus bien qu'un outil de communication. L' histoire française veut que ce soit en France, dans les années 1850, qu'ait été inventé le téléphone. Malheureusement, la paternité de cette formidable invention fût disputée par de nombreuses personnes :