Accéder au contenu principal

1984 - Cisco

Leonard Bosack, diplômé de Wharton School, Université de Pennsylvanie, en 1973, débute sa carrière chez DEC (Digital Equipment Corporation. En 1979 il rejoint l'Université de Stanford où il rencontre Sandra Lerner, future diplômée en statistiques et informatique, qui devient sa femme en 1980. La légende mentionne que Leonard Bosack et Sandra Lerner, tous deux responsables d'un département d'informatique de l'Université, travaillaient à deux extrémités du campus et souhaitaient mettre en place un processus de communications direct entre leurs deux ordinateurs.

Lassés de s'envoyer des emails au travers du réseau local de l'Université, ils décidèrent avec l'aide de deux autres chercheurs de développer une version améliorée de IMP ("Interface Message Processor"). Cette version devait permettre à leurs machines (deux ordinateurs "SU-SCORE" et "SU-GSB" munis du système "TOPS-20") de dialoguer en direct via le réseau local. Pour cela, ils mirent au point leur routeur en s'appuyant sur les travaux de William Yeager.


Né en 1940, William Yeager est un scientifique américain qui mit au point dans son laboratoire de Stanford le premier routeur de paquets commutés. Il fut également l'un des créateurs du protocole de messagerie "IMAP" avant de travailler dans un centre de recherche de la NASA puis pour la société Sun Microsystems. William Yeager développa le premier logiciel permettant de contrôler un équipement spécialisé dans le routage des paquets. Ce logiciel fut nommé IOS pour "Internetwork Operating System" ("Système d'exploitation pour réseau interconnecté").

En 1984, Leonard Bosack, Sandra Lerner et leurs collègues de Stanford reprennent le code logiciel développé par William Yeager et l'adaptent à un périphérique dédié. Adapté pour fonctionner avec le plus grand nombre possible de protocoles, de réseaux et d'ordinateurs, l'équipement devient rapidement l'objet de nombreuses demandes de la part des universités, qui le nomment "routeur multi-protocoles".

Conscients du potentiel commercial, Leonard Bosack et Sandra Lerner propose à l'Université de Stanford de commercialiser leur routeur. Cette dernière étant une organisation à but non-lucratif, l'association avec les deux chercheurs est refusée et interdiction leur est faite de commercialiser le produit.

Néanmoins, fin 1984, Leonard Bosack et Sandra Lerner créent la société Cisco, en hommage à la ville de San Francisco et installent l'unité de production des routeurs dans leur salon. Ils démissionnent en 1986 de l'Université de Stanford et consacrent tout leur temps à leur société. Ils lèvent alors 2,5 millions de dollars d'un fond d'investissement.

Soucieuse de ne pas aller en procès, l'Université de Stanford accepte en avril 1987 de vendre la license logicielle lui appartenant en échange de près de 20.000 dollars et 150.000 dollars de royalties, ainsi que des prix sur les produits Cisco et leur support. Le code devient alors propriété de la société "Cisco Systems" et marque la naissance du premier IOS Cisco.

En 1988, John Morgridge est désigné PDG de la société Cisco par les deux fondateurs. Puis en août 1990, apprenant dans les médias que Sandra Lerner est licenciée, son mari Leonard Bosack démissionne par soutien pour elle. Les deux fondateurs revendent alors toutes leurs actions et se retirent de tout rôle dans la société.

De 1984 à 1992, la toute jeune société connait une croissance de 200% par an. Elle se lance alors dans une politique coûteuse de rachats (Stratacom, Cerent, Scientific-Atlanta) qui lui permettant néanmoins d'obtenir de bons résultats commerciaux, une hausse de revenus importante mais également de mettre la main sur des technologies innovantes. Cisco ne fut pas la première société à commercialiser des routeurs mais la première à commercialiser des routeurs multi-protocoles. L'avènement du protocole IP réduira quelque peu l'avance technologique de Cisco, mais la société saura se positionner sur l'ensemble de la gamme IP, Frame-Relay, MPLS notamment, et proposera des routeurs couvrant une large gamme de clients (petites entreprises, multinationales, fournisseur d'accès, opérateurs réseau).

Fort de son succès grandissant, Cisco devient la société ayant le plus gros capital boursier en 2000 avant l'éclatement de "la bulle Internet" : 500 milliards de dollars. Son produit phare, la gamme de routeur "7500" sera élue produit de la décennie 1990-2000 juste derrière le navigateur web Mosaic et le LAN Manager de la société Novell.

Pour mieux comprendre la croissance exponentielle de la société, voici quelques chiffres :


  • 1984 : 2 employés (Leonard Bosack et Sandy Lerner)
  • 1986 : 4 employés (premières embauches)
  • 1987 : 9 employés
  • 1988 : 29 employés (John Morgridge est nommé PDG)
  • 1989 : 111 employés (CA: 27 millions de dollars)
  • 1990 : 251 employés (CA: 69 millions de dollars)
  • 1991 : 503 employés (CA: 183 millions de dollars)
  • 1992 : 875 employés (CA: 381 millions de dollars)
  • 1993 : 1.459 employés (CA: 714 millions de dollars)
  • 1994 : 2.269 employés (CA: 1,3 milliard de dollars)
  • 1995 : 3.827 employés (CA: 2,2 milliards de dollars)
  • 1996 : 8.259 employés (CA: 4,1 milliards de dollars)
  • 1997 : 10.728 employés (CA: 5,6 milliards de dollars)
  • 1998 : 14.623 employés (CA: 8,5 milliards de dollars)
  • 1999 : 20.657 employés (CA: 12,2 milliards de dollars)
  • 2000 : 34.613 employés (CA: 18,9 milliards de dollars)
  • 2001 : 38.402 employés (CA: 22,3 milliards de dollars)
  • 2002 : 35.670 employés (CA: 18,9 milliards de dollars)
  • 2003 : 34.466 employés (CA: 18,9 milliards de dollars)
  • 2004 : 34.371 employés (CA: 22,0 milliards de dollars)
  • 2005 : 38.413 employés (CA: 24,8 milliards de dollars)
  • 2006 : 51.840 employés (CA: 28,5 milliards de dollars)
  • 2007 : 63.050 employés (CA: 34,9 milliards de dollars)


Aujourd'hui, la société Cisco se positionne toujours comme un des acteurs majeurs de l'industrie Internet et fournissant une gamme de produits répondant au nombre toujours plus grand d'utilisateurs et en adressant les besoins nouveaux, comme la voix sur IP.

Posts les plus consultés de ce blog

1997 - Peer-to-peer (P2P)

Dès sa conception à la fin des années 1960, le réseau ARPANET pose les bases d'un réseau d'interconnexion non hiérarchique et non centralisé. En théorie, la communication entre utilisateurs finaux ne dépend d'aucun élément central et d'aucune liaison point-à-point . Il est donc pas définition possible d'échanger des informations avec n'importe quel ordinateur relié au réseau. Les premiers échanges de données, via les protocoles telnet ou ftp notamment illustrent bien cette idée de connexions non centralisées, inutile de se référencer auprès d'un serveur central pour communiquer entre utilisateurs. La réalité est un peu plus contrastée puisque pour beaucoup de protocoles IP, un modèle client-serveur est nécessaire : un serveur héberge les données et des clients s'y connecte pour les lire ou les modifier.

1969 - Arpanet (ARPA Network)

A partir de 1940, le département de la Défense américain crée une agence chargée des projets de recherche en matière de défense militaire. Cette agence nommée DARPA ("Defense Advanced Research Projects Agency") va être à l'origine de la naissance du réseau prédécesseur d'Internet, mais aussi du programme Transit ancêtre du GPS, ainsi que des programmes d'avions furtifs Jusqu'alors, les communications informatiques reposaient sur l'utilisation de circuits dédiés, tout comme les communications téléphoniques. L'agence DARPA lance donc en 1966 un projet de réseau informatique reliant certaines universités américaines. Sans objectif particulier d'un point de vue militaire, ce projet devient le réseau ARPA et en 1969 il relie quatre centres :

1974 - TCP-IP

Depuis ses débuts, le réseau ARPANET s'appuyait sur une couche protocolaire de communication appelée "Network Control Program". assurant la gestion des flux inter-composants de communications des ordinateurs du réseau. La gestion des couches physiques et réseau était quant à elle confiée aux composants appelés IMPS (Interface Message Processors). NCP assurait donc la gestion de la couche Transport des données au travers de deux protocoles: AHHP (Arpanet Host-to-Host Protocol) chargé de contrôler les flux de données unidirectionnels entre machines et ICP (Initial Connection Protocol) chargé d'établir une communication bi-directionnelle s'appuyant sur les flux gérés par AHHP. Les applications logicielles s'appuyaient alors sur une interface avec la couche NCP pour dialoguer.